Aller au contenu
Être jeune aujourd’hui et accompagner par temps incertains ?

11ème Rencontre KELVOA
“Être jeune aujourd’hui”
et accompagner par temps incertains

Vendredi 11 juin 2021
À distance via Zoom

En cette période de pandémie où nos vies sont durablement modifiées, Marc-Henri Soulet, sociologue qui a partagé une de nos rencontres, écrivait en 2017 : « Les sciences humaines et sociales… se sont construites sur les idées de stabilité et de prévisibilité ; elles ont cherché des régularités, à défaut de lois.  Les voilà bien déroutées. Il leur faut revoir leur logiciel analytique. Il leur faut revoir le noyau dur du paradigme sur lequel elles se sont développées. Il leur faut apprendre à penser ce qu’est vivre avec l’incertain… »

S’inscrire en ligne

Programme et bulletin d’inscription “papier’

Gratuit pour les adhérents Kelvoa :

Adhérer à KELVOA


Présentation de la rencontre

Un sujet d’actualité

Être jeune aujourd’hui ? Ce serait donc différent d’hier ? Et cela impacterait les pratiques d’accompagnement ? Ces trois questions peuvent paraître déplacées tant la réponse est évidente. Depuis plus d’un an de crise mondiale liée à la pandémie, nos repères sont altérés et nos perspectives incertaines. Tout le monde est concerné mais, comme souvent, cette crise est révélatrice d’un certain nombre d’inégalités. Et les jeunes sont particulièrement affectés : conditions du confinement, accès aux ressources, possibilité de bénéficier d’un soutien matériel et affectif, arrêt des projets en cours… Mais au-delà de ces éléments, d’autres questions apparaissent.

Faire face à l’incertain : le rapport à l’avenir en question

Comment construire des perspectives, élaborer des projets alors que la planète entière semble naviguer au gré des aléas de l’épidémie aux évolutions faiblement prévisibles à ce jour. Les jeunes sont donc confrontés aux conséquences de la pandémie sur la formation, l’emploi et leur propre autonomie. Ils peuvent être aussi désemparés par le sentiment de n’avoir aucun contrôle au vu du nombre de crises simultanées. Mais ils ne sont pas seulement inquiets. Ils sont aussi inventifs, mobilisés, partie prenante d’un certain nombre d’initiatives les concernant mais concernant aussi notre monde commun. Si les difficultés sont évidentes, si la souffrance psychique est bien présente, il n’y pas que cela. Il y a aussi de l’énergie tournée vers la possibilité d’un monde plus solidaire et inclusif.

Écouter les jeunes, leur donner l’occasion de contribuer

Sur ce thème, le risque est toujours de déléguer la parole à des experts, ou de survaloriser des points de vue minoritaires. Cette journée se veut un temps de réflexion fondé sur la parole, la réflexion et la contribution des jeunes, quelle que soit leur situation, en donnant à voir et à entendre la diversité de situations et des points de vue, mais également en acceptant et en mettant en débat les paradoxes que la période fait apparaître. Et les initiatives sont nombreuses et les paroles authentiques mais aussi bouleversantes. Rien n’est écrit pour demain. Ce qui ouvre aussi des perspectives auxquelles les jeunes ne demandent qu’à contribuer.

Interroger les pratiques d’accompagnement, leurs fondements, leurs transformations

La période est aussi propice aux initiatives.  Du côté du public jeune mais aussi des professionnels qui les accompagnent. Certains jeunes trouvent de l’intérêt et du plaisir à avoir des contacts moins solennels et planifiés, plus conversationnels. Cela éclaire l’importance de la modalité proposée dans la construction d’un lien de confiance et de soutien en accompagnement. Si la rupture numérique est évidemment agissante, elle n’est pas non plus à face unique. Tout cela suppose de réinterroger les modalités les plus adéquates pour le public, quitte à sortir du confort illusoire de modalités planifiables et quantifiables. C’est également vrai en ce qui concerne le développement des compétences. C’est bien l’accès à des situations apprenantes variées et multiples pour tous qui est l’enjeu. Et pas uniquement le « à distance » qui n’en est qu’une simple facette. L’équité sociale est aussi dans cette nuance.

La philosophe Cynthia Fleury nous alerte dans un éditorial récent. “Ne faisons pas l’erreur de reconstruire l’avant. Le confinement a ouvert le chemin d’une société moderne, avec quantité d’expérimentations. Ne retombons pas dans le piège des hyper structures pléthoriques qui excellent à empêcher” .

Et si nous y participions ?


Organisation de la journée

Afin de rendre compte de la vitalité des initiatives présentées mais également de gérer au mieux les contraintes pédagogiques de la relation à distance, la journée sera organisée et rythmée par :

  • Des interventions et des contributions du public jeune selon des modalités variées : plusieurs groupes au niveau national travaillent déjà pour apporter leur regard et leur contribution au thème de la journée : être jeune aujourd’hui. Avec l’appui des Missions Locales, des MFREO, de l’Université, de l’APEC et de multiples jeunes de tous les territoires…mais également de l’île des Açores au Portugal.
  • Les échos de plusieurs rapports et initiatives nationales et européennes de consultations de jeunes
    Sur l’appel à témoignage du quotidien Le Monde, projet mené dans le cadre du partenariat Europa avec plusieurs journaux européens
    La consultation des publics menée par Apprentis d’Auteuil et ses partenaires
    Les rapports de santé publique France et de France Stratégie
    Le rapport du COJ sur la Garantie jeunes
    Et de très nombreuses autres initiatives où les jeunes sont parte prenante…..
  • Par la présentation d’initiatives de professionnels qui explorent d’autres manières d’aborder cette question afin de susciter mobilisation et engagement du public jeune
  • La publication de l’INJEP Les rapports au travail des jeunes en situation de vulnérabilité  fera l’objet d’une présentation avec la contribution de Thierry Berthet, Sociologue, Directeur du LEST-CNAM et coordonnateur de l’étude. Histoire de prendre du recul et de se confronter aux idées reçues.
  • Et de nombreuses autres interventions d’Agnès Heidet, Philippe Ristord, Carlos Ribeiro (Lisbonne) et André Chauvet. Et de tous les participants.

S’inscrire en ligne

Programme et bulletin d’inscription “papier’

Gratuit pour les adhérents Kelvoa :

Adhérer à KELVOA